Le blog de Jacqueline Picca Dubreuil

Le blog de Jacqueline Picca Dubreuil, candidate du Mouvement Pour la France aux élections législatives de 2007 dans la deuxième circonsciption de Nantes.

23 mai 2007

Programme : Les retraites

retraites_grandLes retraites

I Le constat
II Nos propositions

I Le constat
Notre système de retraites est aujourd'hui en faillite pour au moins deux raisons :
- la première est une durée de vie qui ne cesse de s'allonger. Ainsi, la population des
plus de soixante ans devrait augmenter de 10 millions d'ici et l'espérance de vie à l'âge de la retraite monter à 23 ans (contre 19 actuellement).
- la seconde est la contraction de la population d'âge actif sous le double effet de l'arrivée à l'âge de la retraite des générations du baby boom et de celle sur le marché du travail de générations creuses. A fécondité constante, le nombre de cotisants diminuerait d'un million entre 2006 et 2040.
En conséquence, la France comptera en 2010-2015 dix actifs pour sept retraités alors que la proportion est actuellement de dix pour quatre.
Ces chiffres suffisent à prendre la mesure du problème. Si rien n'est fait, le financement des retraites par répartition deviendra impossible et conduira à l'explosion de l'Etat-providence puisqu'il ne remplira plus son rôle de justice et d'égalité entre générations. Il est économiquement, politiquement et moralement impensable de faire reposer toute la charge des systèmes de retraites sur les jeunes générations ou celles à venir.

II Nos propositions
Une réforme profonde est aujourd'hui indispensable. A l'exemple du gouvernement social-démocrate suédois qui a mené ces dernières années des réformes drastiques, il faut une grande politique fondée sur la souplesse et la justice :

1) libérer l'âge de départ à la retraite en supprimant l'âge couperet de départ à 60 ans.
Chacun pourra choisir librement le moment où il quitte la vie active sauf que la retraite à taux
plein ne pourra être atteinte qu'à compter de 65 ans.
2) abroger les régimes spéciaux qui coûtent plus de 20 milliards d'euros chaque année
à la collectivité publique
(à la RATP, 53% des salariés partent avant 55 ans). Cette abrogation permettra d'augmenter de manière significative les petites retraites des artisans, des commerçants, des agriculteurs ou des employés. Et de porter à 100% la retraite de réversion pour les veufs ou veuves.
3) supprimer la majoration de 35 à 75% des pensions de retraites des fonctionnaires résidant dans les Dom-Tom, soit un coût de 250 millions d'euros selon Jacques Marseille.
4) favoriser la retraite à temps partiel en complétant les revenus d'une activité professionnelle partielle par une fraction de pension. Outre son intérêt économique, cette solution éviterait la rupture parfois traumatisante entre vie active et retraite. Elle aurait également l'avantage de mettre un terme aux politiques coûteuses de départ en préretraite auxquelles les entreprises ont recours et de tordre le coup à l'idée erronée selon laquelle tout départ à la retraite libère un emploi pour un jeune. Elle favoriserait enfin la transmission des compétences et des expériences au sein de l'entreprise.
5) multiplier les régimes d'épargne retraite complémentaires. L'expérience de la Suède mérite à cet égard d'être méditée. En complément des cotisations destinées au versement des pensions actuelles, une épargne collective a été instaurée, visant à s'assurer que chacun réalise l'effort nécessaire pour sa propre retraite. En France, l'épargne retraite complémentaire sera rendue possible grâce à la baisse de la taxation du travail et à l'abrogation des 35 heures obligatoires qui rendront du pouvoir d'achat aux salariés.
6) lancer une grande politique familiale audacieuse pour augmenter la natalité et assurer le renouvellement des générations. A terme, seule une augmentation substantielle du nombre d'actifs permettra de sauver définitivement notre système de retraites.

Posté par Picca à 16:47 - Programme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire